le blog de christophe massé

Christophe Massé: chroniques et informations.

vendredi 1 février 2019

Boustrophédon #37 : Samuel Buckman expose à La Machine à Musique Bordeaux

buckman

Boustrophédon #37

Samuel Buckman

Enlightenment

Exposition du 4 février au 2 mars 2019

La Machine à Musique 13/15 rue du Parlement Sainte-Catherine Bordeaux

Rencontre avec L'artiste le lundi 4 février à 18h30

En introduction, aux trois temps d'exposition que Samuel Buckman réalisera à Bordeaux en février

Samuel Buckman : Devenir à venir sur ça/1.

Parfois nous avons un grand besoin de savoir, et tout un monde autour commercialise pour que nous ne sachions plus rien, plus rien d'autre, que commander des êtres ou des pizzas, acheter, aimer fumer, boire, manger, se divertir & compagnie. Parfois nous avons ; gens occidentaux, ami(e)s riches d'ailleurs, des pourtours de partout, ce besoin de savoir, mais presque personne n'est là pour nous renseigner, assouvir cette urgence réelle d'apprendre. Nous dévissons sous une pluie d'informations permanentes et du matériel virtuel entre nos mains, des yeux rivés dans les poubelles pour les autres. La possibilité de mourir lentement des uns, les détritus de cette recherche pour les autres. Le savoir se passe en onguent, en facilité de paiement, à crédit pour des lendemains qui devraient chanter, quête de bonheurs instantanés pour du succédané. L'oubli de savoir. Aussi, je m'aperçois dans mon temps que "Vivre l'Instant" n'est pas la même chose aujourd'hui qu'hier, l'instant, cette douce perte de tout dans le rien n'a pas la charge du bonheur, c'est impératif comme une performance, c'est une courbature aux puissants pour mieux entrevoir la partie du terrain accidenté, sur lequel quelques "artistes", que nous appelons toujours de cette façon, pour aller plus vite et ne pas se perdre ; quelques artistes qui cheminent, soit nez en l'air, soit pattes dans l'argile et qui chaque jour de leur vie dessinent l'idée d'un monde dans lequel nous irons retrouver le notre, aux origines des riens, des silences et du bonheur d'avoir de l'air, de l'eau, de la chaleur et de la lumière, pour plonger encore plus dans la nuit, dans les abysses, au firmament des rugosités, pour retracer le parcours de la peine, épuré de l'empathie circonstancielle. Samuel Buckman, je le vois comme ça ; chercheur de champignons, de préférence champignons qui se ressemblent vraiment et à partir desquels il tissera, cuisinera, confectionnera, une idée du rien et de la différence dans l'espace proposé. Il a peut-être choisi depuis longtemps de ne pas s'inspirer, ni d'inspirer, mais la bouche fermée, de déclarer et de l'ouvrir à certains, certains objets, marquants, solvants, etc. Dignes ou indignes de représenter notre histoire. Aussi, dans cette anfractuosité, ce besoin, grand besoin de savoir, qui est jugulé là, dans le temps d'une préparation, d'une confiture, d'une construction, d'un agencement, car l'oeuvre peut être misérablement belle et étrangement porteuse d'un sens que nous finirons par faire éclore en nous. Du fusain à la corde, du plâtre au sac, du spaghetti aux immenses temps des furies jumelles, nous trouverons de l'espoir dans un art à maintenir à la surface, l'art fin de se maintenir à la surface, bras ceints des plombs des antiques comme des présents. Christophe Massé Bordeaux le 31 janvier 2019

Pour débuter Samuel Buckman exposera à La Machine à Musique (Hélène des Ligneris) pour Boustrophédon #37 du 4 février au 2 mars 2019 Rencontre avec l'artiste lundi 4 février 18h30 au 13/15 rue du Parlement Sainte-Catherine Bordeaux.

 

 

Posté par autoportrait à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire